Espoir féminin

Catherine Decrolier

La première fois que j’ai été bluffé par Catherine Decrolier, c’était dans « Un poisson nommé Saphir » de Stéphanie Blanchoud à la Samaritaine. Depuis, je l’ai revue, seule ou en groupe, sur d’autres scènes, dans d’autres registres, et je ne suis toujours pas revenu sur ma première impression: Catherine Decrolier est une nature. Ce n’est pas tout pour un comédien d’apprendre à bien articuler, à avoir une bonne respiration, à écouter ses partenaires, à jouer la situation et, accessoirement, à être poli et propre sur lui, il lui faut ce petit plus que j’appelle « nature ». Attention, avoir une nature ne signifie pas « être naturel ». J’ouvre une parenthèse. J’entends parfois certaines personnes dont je tairai le nom ici affirmer qu’ils aiment un comédien parce qu’ils le trouvent « naturel ». Là, permettez que je m’insurge. N'est-il pas inconvenant de parler d’un comédien ou d’une comédienne comme d’un yaourt ou d’une eau minérale? Tant qu’on y est pourquoi pas « Sans colorants » ou « Élevés aux grains »? Je ferme la parenthèse pour revenir à Catherine et à sa nature. Une nature, c’est quoi finalement? Une énergie, une manière d’être au monde, une façon de le traduire, la faculté de s’effacer complètement sur la scène et d’abolir les limites, physiques ou vocales. Sa nature, Catherine l’a exprimée dans « La permanence » de Makeïeff et Deschamps à l’Atelier 210 et aussi dans « Arrête! » où elle jette, avec Jean-François Breuer et Dominique Breda, un regard un rien acide sur le petit monde du théâtre, de ses comédiens et de ses théoriciens, une petite planète où elle est appelée à se faire - naturellement ! - une belle place. E.R

La Permanence, création collective d'après Makeïeff et Deschamps, mise en scène de Manu Mathieu, Atelier 210. Arrête de Jean-François Breuer, Dominique Breda et Catherine Decrolier, par Catherine Decrolier et Jean-François Breuer, mise en scène de Gwen Berrou, à la Samaritaine. Reprise à la Toison d'Or le 24 février, en Wallonie

Julie Leyder

Avec Julie Leyder, c’est presque un pari sur l’extrême jeunesse que prend le jury : à peine sortie du conservatoire de Mons, dans la classe de Frédéric Dussenne, elle s’impose aux Tanneurs, dans une pièce de Lars Noren, Bobby Fisher vit à Pasadena, mise en scène par la jeune Peggy Thomas. Avec un naturel confondant, proche de l’instinct, elle impose un personnage d’adolescente alcoolique, aux prises avec des parents pas tellement autoritaires mais égoïstes et futiles. Ce qui nous a séduit, c’est que loin d’en «mettre une couche» dans le réalisme quotidien, Julie parvient à imposer un personnage déjà fort mûr, capable d’intérioriser sa révolte, contre une mère actrice et bavarde, incarnée par l’excellente Ariane Rousseau. Dans un texte plus ancien, Nuit avec ombres en couleurs, de Paul Willems, mis en scène par Frédéric Dussenne, à l’Ancre, elle parvient à «exister», face à trois acteurs «écrasants» comme Bernard Sens, Pascale Vyvère et Thierry Hélin. Remarquée donc par deux de ses professeurs, Frédéric Dussenne et Xavier Lukomski, qui l’a prise comme assistante dans le projet de quartier, Les hommes quand même, Julie Leyder prend un bon départ… A suivre, donc. C.J.

Bobby Fisher vit à Pasadena, de Lars Noren, mise en scène de Peggy Thomas, Les Tanneurs, le Manège Mons. Nuit avec ombres en couleurs de Paul Willems, mise en scène de Frédéric Dussenne, L'acteur et l'Ecrit, Théâtre de l'Ancre, Charleroi. Reprise au Rideau de Bruxelles du 6 au 27 février 2008.

Emilie Maquest

Tchekhov, Gogol, Schwab… Joli parcours pour cette jeune comédienne fraîchement débarquée de l’Insas en 2006. Trois univers, trois metteurs en scène, trois personnages différents. D’entrée de jeu, Emilie Maquest intègre l’équipe de Anticlimax de Werner Schwab, première mise en scène remarquée de Selma Alaoui dans le cadre du Mini-Festival Premières Fois …au Théâtre Les Tanneurs. Cette comédie déjantée nous plonge dans le huis-clos monstrueux d’une famille en décomposition. Emilie Maquest y incarne Lapetitemarie, versant mystico- pervers de la tribu. Quelques mois plus tard, notre comédienne réapparaît dans une pièce d’Anton Tchekhov : L’homme des bois, exhumée par Isabelle Pousseur pour le Théâtre National. L’actrice habite tout en finesse le personnage de la jeune Sonia, oiseau farouche qui finira par ouvrir la cage où la retenait son père pour voler vers l’homme aimé. En comédienne tout terrain (déjà !), Emilie Maquest aligne les contrastes avec bonheur. A Tchekhov succède un autre Russe : Nikolaï Gogol et son Revizor auquel Michel Dezoteux insuffle un rythme frénétique. La jeune femme n’échappe pas à l’hystérie collective qui s’empare de cette société provinciale corrompue, soudain aux abois quand on lui annonce la visite du redoutable fonctionnaire. La voici dans la peau de la fille du gouverneur, une pimbêche tout émoustillée par le faux revizor. Tout cela en une saison…qui dit mieux ? D.M.

Anticlimax de Werner Schwab, mise en scène de Selma Alaoui. Théâtre Les Tanneurs. L’homme des bois d’Anton Tchekhov, mise en scène d’Isabelle Pousseur Théâtre National. Le Revizor de Nikolaï Gogol, mise en scène de Michel Dezoteux Le Manège.mons, Théâtre Varia, Théâtre de la Place à Liège. Reprise du Revizor au Varia du 4 au 15 novembre 2008.